FedEx Newsroom

FedEx Newsroom

68% des PME françaises passent à côté des bénéfices financiers liés à l’exportation

July 8, 2015

ROISSY, 8 juillet 2015 — Une nouvelle étude sur les exportations des PME européennes[1] (European SME Export Report), réalisée par Harris Interactive et commandée par FedEx Express, filiale de FedEx Corp. (NYSE : FDX) et acteur majeur du transport express international, indique que la majorité des PME des principaux marchés européens passent à côté des bénéfices de l’export. Les résultats montrent que plus de 6 PME européennes sur 10 (62%) n’exportent pas actuellement alors que plus des trois quarts (78%) reconnaissent le potentiel d’activités que représentent les marchés et clients internationaux. Le manque à gagner pour les PME qui n’exportent pas se chiffre à 647 000 € de recettes annuelles supplémentaires.

Le rapport fait un état des lieux des comportements et des attitudes actuelles des PME européennes en matière d’exportation. On sait que les PME ont un rôle clé à jouer dans la relance de la croissance, l’ouverture de nouveaux marchés et la création d’emplois. L’étude met en évidence de nettes différences entre les différents marchés étudiés. En Espagne, par exemple, la pratique de l’exportation est courante : près de la moitié (49%) des PME sont actives sur la scène internationale, elle est moindre en Italie à 41%, et nettement inférieure en France et en Allemagne avec respectivement 32% et 31%.

Parmi les 32% de PME françaises qui exportent, la plupart (94%) exportent en Europe, les plus grands marchés européens (Allemagne, Italie, Espagne et Suisse) arrivant en tête de liste, ainsi que vers leurs proches voisins (Royaume-Uni, Belgique et Pays-Bas). 68% exportent plus loin, les Etats-Unis étant la destination numéro 1, devant la Chine ; d’autres grands marchés en plein essor attirent moins les exportations.

Les PME exportatrices françaises semblent dégager d’importants bénéfices de leur présence sur la scène internationale, les PME dont la croissance est rapide (43%)[2] étant plus enclines à exporter que celles qui affichent des résultats stables ou en déclin (29%). En France, les PME exportatrices sont aussi plus optimistes pour leurs perspectives de revenus sur les 12 prochains mois, puisque 61% pensent générer de la croissance contre 46% pour celles qui n’exportent pas.

Si la plupart des PME françaises espèrent générer davantage de revenus à l’international qu’à l’échelle nationale, 19% seulement ont la ferme intention de développer leur clientèle internationale, ce qui montre que les PME ne sont pas au fond totalement convaincues par le potentiel des bénéfices d’exportation. La croissance du marché des exportations des PME devrait rester stable : 45% des PME françaises pensent exporter dans les cinq ans à venir et 49% d’ici dix ans.

D’un point de vue local, les PME des régions de l’Est exportent plus volontiers que les autres, y compris celles de la région parisienne : 37% des PME du Nord-Est et 35% de celles du Sud-Est exportent déjà, contre 33% pour Paris, 32% pour le Nord-Ouest et 23% pour le Sud-Ouest.

Interrogées sur leurs atouts à l’exportation, les PME françaises citent d’abord la qualité de leurs produits (57% des PME françaises s’accordent sur ce point), puis l’innovation (40%) et l’image positive de l’économie française (34%).

Tim Horton-Mastin, Directeur Général Ventes France de FedEx Express commente : « Notre étude montre que les PME en France passent à côté des revenus supplémentaires liés à l’exportation par manque de confiance car elles craignent devoir franchir un trop grand nombre d’obstacles au-delà leurs propres frontières régionales ou nationales. Beaucoup sont réticentes à étudier les possibilités d’exportation pourtant lucratives, préoccupées par les formalités pratiques pour se faire payer ou par le traitement des réclamations et des retours sans avoir de présence physique sur le marché ; elles pensent aussi manquer de connaissances techniques, administratives et juridiques, concernant les droits de douanes notamment. »

« Chez FedEx, nous accompagnons les PME pour supprimer les freins qui les empêchent de considérer les bénéfices liés aux exportations. Notre objectif est d’augmenter le champ d’action des PME avec lesquelles nous travaillons, celles qui veulent élargir le périmètre de leurs exportations et celles qui exportent pour la première fois. Pour faciliter le développement de leur activité à l’international, nous mettons à leur disposition des pages d’information dédiées aux PME et près de 3.000 spécialistes en commerce international de notre réseau sont prêts à les conseiller sur les réglementations douanières, documentaires et de conditionnement. »

 

[1] Harris Interactive a réalisé, pour le compte de FedEx, 2005 entretiens en ligne auprès de dirigeants de PME basées dans quatre marchés de l’UE : France, Allemagne, Italie et Espagne, entre le 8 et le 27 mars 2015. 502 PME françaises ont participé à l’étude.

[2] PME avec un taux de croissance annuel de 11% minimum

You may also like: