FedEx Newsroom

FedEx Newsroom

Le Président de FedEx, Frederick Smith, incite à une coopération accrue, des réformes douanières et un accord de ciel ouvert entre les Etats-Unis et l’Union Européenne

January 17, 2005

PARIS, 17 janvier 2005 – Aujourd’hui, Frederick W. Smith, Président-directeur général de FedEx Corp. (NYSE : FDX), a déclaré que le dynamisme respectif des Etats-Unis et de l’Union Européenne impliquait une plus grande coopération et un effort concerté, pour supprimer les obstacles actuels entre les deux économies.

A l’occasion d’une allocution à Paris en présence d’officiels européens, de dirigeants d’entreprise et de journalistes de différentes nationalités, M. Smith a évoqué un certain nombre de sujets sensibles relatifs au libre-échange et à la mondialisation du commerce. Parmi eux, citons le rôle moteur de l’industrie du fret aérien dans le commerce international, le rôle prépondérant de l’Union Européenne et des Etats-Unis en tant que puissances et partenaires commerciaux, ainsi que les réglementations qui entravent la libre circulation des marchandises à travers le monde.

Depuis qu’il a révolutionné l’industrie du fret aérien express voici plus de trente ans, le groupe FedEx agit significativement en faveur du libre-échange et n’a jamais cessé de promouvoir des accords multilatéraux et bilatéraux pour ouvrir les marchés.

Faire tomber les obstacles

Selon M. Smith, la libéralisation continue du commerce et la levée des barrières réglementaires, telles que le protectionnisme de l’aviation et le vieillissement des procédures douanières, permettraient de multiplier les choix et opportunités offerts à chaque personne et entreprise, à travers le monde.

« La France et tous les membres de l’Union Européenne doivent s’atteler à plusieurs grandes questions, afin de garantir la pérennité des avantages liés à la libre circulation des biens, et ce au profit de tous les pays », déclare M. Smith. « Je tiens à saluer la perspicacité dont la France a fait preuve pour conclure un accord de services aériens extrêmement flexible avec les Etats-Unis. Je ne saurais trop inviter la France et ses partenaires européens qui partagent la même vision, à promouvoir la conclusion d’un accord bilatéral d’une souplesse analogue entre les Etats-Unis et toute l’Union Européenne ».

La France et les Etats-Unis sont parvenus, en 2002, à sceller un accord de « ciel ouvert », c’est-à-dire un accord bilatéral de libéralisation des services aériens.

« En Europe, l’adoption d’une politique de ‘ciel ouvert’ entre les Etats-Unis et les différents Etats membres de l’Union Européenne permettrait à toutes les parties de bénéficier pleinement des atouts de l’économie mondiale », poursuit M. Smith. « Si un accord global n’est pas possible à ce stade, nous recommandons alors qu’un accord afférent exclusif au fret aérien soit envisagé comme un premier pas dans cette direction ».

S’agissant des réformes douanières, M. Smith invite les différents pays du monde à rationaliser leurs processus de dédouanement, dans l’optique de faciliter le commerce international et la productivité – un aspect clé dans une économie qui dépend de plus en plus de l’acheminement ‘juste à temps’ de produits à leurs destinations finales.

M. Smith a également souligné l’interdépendance accrue des cultures et économies des deux puissances commerciales que sont les Etats-Unis et l’Union européenne, ainsi que l’importance primordiale d’une coopération constante.

Le rôle de l’industrie du fret aérien

M. Smith a expliqué comment FedEx et l’industrie du fret aérien contribuent à faciliter le commerce international en permettant aux entreprises de toutes tailles de s’approvisionner, fabriquer et vendre des produits n’importe où dans le monde.

FedEx se dit optimiste quant aux perspectives d’avenir du fret aérien, et en particulier du transport express. Selon les prévisions de l’industrie le trafic de fret aérien devrait croître à un rythme annuel moyen de 6,2% au cours des vingt prochaines années, triplant ainsi les niveaux actuels.

En réponse à la croissance prévue du secteur du fret aérien international, FedEx continue à investir dans son infrastructure, afin de se préparer dès aujourd’hui à satisfaire la demande future. De même, FedEx a été le premier intégrateur nord-américain à se porter acquéreur du nouvel Airbus A380-800F, dans la perspective de répondre aux besoins croissants de ses clients internationaux. La compagnie se dotera ainsi de dix exemplaires de cet avion en version cargo, dont le premier sera livré au mois d’août 2008.

L’investissement dans l’A380 s’inscrit dans le cadre de la stratégie de croissance internationale de FedEx. Capable de transporter plus de 150 tonnes de fret dans un volume de 1 100 m3 sur des distances pouvant atteindre environ 6 000 miles nautiques (11 100 km), l’A380 pourra desservir des lignes qui supposent actuellement deux vols de FedEx Express, voire plus. Cet avion de très grande capacité optimisera le rendement du réseau de FedEx et permettra à l’entreprise d’évoluer au même rythme que les tendances de croissance de l’économie mondiale.

A propos de FedEx Corp.
FedEx Corp. (NYSE : FDX) fournit aux particuliers et aux entreprises du monde entier le plus large éventail de services de transport, de commerce électronique et de gestion de document. Avec un chiffre d’affaires annuel de 27 milliards de dollars, l’entreprise propose des applications commerciales intégrées par le biais de sociétés d’exploitation mutuellement concurrentes mais gérées de manière collaborative, sous la prestigieuse enseigne FedEx. FedEx, qui est régulièrement reconnue parmi les entreprises les plus admirées au monde, suscite auprès de ses 250 000 salariés et ses sous-traitants un engagement constant en faveur de la sécurité, de l’éthique et de la satisfaction de ses clients et des communautés locales. Pour obtenir de plus amples informations, consultez le site FedEx

You may also like: